Des Crackers US pour élever vos enfants…

C'est finalement très simple ! Les crackers Goldfish sont les inséparables compagnons des petits écoliers US et viennent complémenter leurs lunch box. Les acheteurs de ces crackers sont ainsi - nécessairement - des parents qui s'interrogent sur le bien être et l'évolution de leurs bambins. Fishful Thinking L'industriel semble avoir considéré ces faits comme une opportunité de créer du lien et travailler la présence à l'esprit de la marque auprès de ses acheteurs. Il a ainsi produit un site de conseil très complet, agrémenté d'une caution médicale en la personne d'une psychothérapeute spécialisée dans les problèmes de l'enfance. Le ton n'est pas technique, ni froid pour autant : il s'agit bien pour la marque de rester dans une posture valorisant la consommation du produit. Il aurait effectivement été assez maladroit d'associer ces crackers à un discours culpabilisant ou moralisateur. La colonne vertébrale du programme est donc le positive thinking et les règles (simples ou simplistes, c'est selon) à suivre pour faire grandir intelligemment les futurs acheteurs de Goldfish. Sur le plan intellectuel c'est assez détestable de mon point de vue (encore faut il porter un regard légèrement désabusé et cynique sur l'opération), je ne crois pas avoir besoin de développer. Sur le plan marketing, il est difficile de juger en l'absence de résultats concrets mais c'est certainement efficace, bien pensé et très porteur pour l'industriel. Je vois en ce type d'action le moyen de renforcer son lien affectif avec sa cible (je joue sur la durée de consommation, sur la récurrence d'achat et sur l'évangélisation autour du produit) tout en renforçant sa brand equity. Quant à l'investissement initial, il semble très raisonnable - l'idée n'a pas du couter grand chose et elle est déclinable sur tout le marketing-mix sans occasionner de frais supplémentaires. Pour ce qui est de l'outil Internet, on peut considérer que la composante pédagogique a été bien travaillée, l'information est bien hiérarchisée et la place du produit ne cannibalise pas le message : du bon travail de nos amis de Grey donc. En conclusion : un site efficace et une idée plutôt intelligente même si un peu loin de la promesse initiale du produit. Je suis néanmoins assez dubitatif sur la conversation que peut générer ces sites "relationnels". On sent encore tout le poids des habitudes "Top-Down" dans l'industrie alimentaire.
Qui vous raconte des histoires ?
Less is More

Plan du site