TF1 et le Social Média

Publié le : 27 octobre 20203 mins de lecture

Une incompréhension persiste sur la nature et le fonctionnement des espaces contributifs et participatifs en ligne.
A ce titre, la réaction de Jean-Claude Dassier lors de son interview dans Le Point est révélatrice.
Cet article a été porté à ma connaissance par les blogs de Mry et Grégory Pouy.

L’échange concerne la prestation de Laurence Ferrari à son nouveau poste de présentatrice du 20h. Prenant la défense de la journaliste, JCD s’insurge du traitement fait par les blogs de l’événement et récrimine des prises de position arbitraires : « […] comme je l’ai lu à droite ou à gauche chez ces messieurs les blogueurs qui s’enivrent de leur nouveau petit pouvoir, est d’une mauvaise foi sans nom. »

Suite à quoi, il donne sa vision de ce que devrait être le rôle de ces nouveaux relais de l’information :

« […] Que les blogueurs reviennent aux fondamentaux du journalisme plutôt que de nous donner des leçons en permanence et de donner la parole à ceux qui ne savent que critiquer. L’interactivité ? Oui, pour permettre au lecteur de poser des questions et de témoigner. Mais pas pour déverser cette bile atroce.»

Au-delà de la forme, il me semble intéressant de noter la mauvaise compréhension du statut de contributeur Web.
Ben McConnell et Jackie Huba définissent – dans Citizen Marketer – les participants à la grande conversation Internet à travers 4 principaux profils :

– Les filtres : collecteurs d’informations, ils relayent des contenus existants et les mettent à disposition de leurs auditoires.
– Les fanatiques : ce sont de véritables évangélistes d’une offre, d’un produit ou encore d’un artiste. Leurs contributions sont généralement passionnelles.
– Les facilitateurs : Ils aident les communautés et les individuels à se connecter. Pour cela, le contenu, les événements sont des moyens de favoriser ces regroupements.
– Les « firecrackers » (pétards ? allumeurs de mèches ?) : Ils sont les créateurs d’un contenu remarquable repris par le réseau.

Ces typologies sont les plus représentées sur le Web. Elles répondent à des motivations souvent bien différentes de celles des journalistes professionnels. Il en va de même pour les objectifs.

Les commentaires de Jean-Claude Dassier stigmatisent le fossé entre les médias traditionnels et les nouveaux espaces d’expression Web. Il va falloir encore un peu de temps pour le résorber.

Qui vous raconte des histoires ?
Less is More

Plan du site